Matazaemon Nakano I commence à expérimenter avec les lies issues de la fabrication du saké pour faire du vinaigre.

Matazaemon Nakano I ouvre une usine de vinaigre à Handa afin de répondre aux demandes de la population, posant ainsi les fondations du vinaigre Mizkan.

Le logo Mizkan, inspiré par les armoiries de la famille Matazaemon, devient une marque déposée.

Mizkan étend ses activités sur le marché américain et commence à exporter ses vinaigres du Japon en Amérique.

L’engagement de Mizkan en termes de qualité l’amène à défendre les vinaigres brassés contre les vinaigres synthétiques et à ouvrir l’une des toutes premières usines de mise en bouteilles de vinaigre au Japon.

Mizkan lance Ajipon, un Ponzu japonais traditionnel, désormais la première marque de Ponzu au Japon.

Suite au succès et à la popularité d’Ajipon au Japon, Mizkan lance le mirin Honteri.

Mizkan rachète American Industries Co., le principal fabricant de vinaigre américain, pour devenir une société internationale.

Le musée Mizkan, anciennement appelé Village du vinaigre ou 酢の里 en japonais, ouvre ses portes à Handa au Japon (le lieu de naissance et la ville où était brassé le vinaigre Mizkan à l’origine).

Le vinaigre de riz Mizkan est commercialisé au Royaume-Uni et en Europe, étendant ainsi davantage la présence internationale de la société.

Mizkan poursuit son expansion et rachète les célèbres marques Sarson’s, Dufrais et Haywards.

Mizkan rachète Branston, la marque britannique par excellence, afin d’agrandir le portefeuille du groupe au Royaume-Uni.

Mizkan lance son initiative de développement durable ZenB au Japon, suivie par sa promesse « d’agir pour le bien-être de la planète, de la société et de toute la vie qu’elle abrite ».